Hématurie et protéinurie - ce que vous devez savoir

Nous avons souhaité aborder ici les anomalies de l'analyse d'urine. Bien qu'il existe de nombreuses anomalies qui peuvent être retrouvées dans les urines, nous nous concentrerons sur la présence d'une hématurie et d'une protéinurie, qui représente les deux résultats les plus fréquents et difficiles à évaluer lors de la souscription. Nous mettrons en évidence les facteurs clés à prendre en considération pour vous aider à tarifer en toute confiance et à déterminer les cas où il est nécessaire d'obtenir des analyses supplémentaires.

Hématurie

L'hématurie est la présence de sang dans les urines. Bien que la cause d'hématurie la plus grave soit le cancer des voies urinaires, lequel est estimé représenter environ 5% des cas, les causes les plus habituelles d'hématurie sont les menstruations par contamination, l'inflammation rénale, les cancers de la prostate et des voies urinaires ou les calculs rénaux ou urétéraux.

Guide de tarification

Pour la tarification, les hématuries peuvent être divisées en deux catégories principales :

  • Antécédent d'hématurie - Il y a généralement eu un bilan complet et la tarification doit être établie en fonction de la nature de la cause sous-jacente.
  • Hématurie découverte lors de l'examen médical, en l'absence d'antécédent connu - Il n'est pas rare qu'une hématurie soit découverte pour la première fois à l'occasion de l'examen médical. La tarification doit être établie soit selon la réaction colorimétrique des bandelettes Hémastix (degré d'hématurie), soit selon le nombre d'érythrocytes par champ à fort grossissement (/cfg) lors de l'examen microscopique.

Le tableau ci-dessous, détaille à la fois le degré d'hématurie ainsi que le nombre de globules rouges par champ à fort grossissement. Il s'agit d'un outil de référence rapide que vous pouvez également trouver dans les pages du Life Guide.

Protéinurie

La protéinurie est définie par l'augmentation des protéines dans les urines pouvant traduire la présence d'une pathologie rénale ou des voies urinaires. Il existe différents types de protéinurie :

  • Protéinurie transitoire ou intermittente - correspond à la mise en évidence d'une protéinurie dans un prélèvement d'urines avec deux prélèvements ultérieurs négatifs, la protéinurie est classée comme transitoire (intermittente). Une surmortalité est peu probable.
  • Protéinurie orthostatique ou posturale - s'observe principalement chez le sujet jeune. Elle est due à une instabilité du débit sanguin. La protéinurie apparaît lorsque le corps est en position verticale et disparaît en position couchée. Ainsi, des protéines sont présentes dans les urines émises pendant la journée mais non dans celles émises le matin au réveil. Il n'y a pas lieu de prendre en considération une protéinurie orthostatique.
  • Protéinurie permanente - correspond à la présence d'une protéinurie dans au moins deux prélèvements sur trois. Cette forme de protéinurie traduit probablement une maladie rénale sous-jacente associée à une surmortalité.
  • Microalbuminurie - correspond à la présence d'une faible concentration d'albumine dans un prélèvement d'urines. Elle est associée à des pathologies telles que les glomérulonéphrites, l'hypertension, le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Guide de tarification

Comme l'hématurie, il est généralement possible de classer la protéinurie dans l'une des catégories ci-dessous:

  • Antécédents de protéinurie – elle aura en général été complètement investiguée étudiées par le médecin traitant. Il est donc possible de l'évaluer en fonction de la cause sous-jacente. Si aucune investigation n'a été faite, il convient de suivre Life Guide "Antécédent de protéinurie non-investiguée".
  • Protéinurie découverte pour la première fois lors de l'examen médical – lorsque l'examen médical systématique met en évidence une protéinurie pour la première fois, il est essentiel de renouveler l'examen au moins deux fois afin de déterminer s'il s'agit d'une protéinurie permanente ou intermittente. En présence d'une protéinurie/albuminurie chronique, lors du processus d'évaluation des risques, il convient d'estimer les comorbidités, comme l'hypertension, le diabète, les maladies cardiovasculaires et les glomérulonéphrites.

Classification du degré de protéinurie :



Voir aussi le convertisseur joint à cette newsletter

Afin de vous aider dans l'étude quotidienne des dossiers, nous vous proposons un convertisseur.